Calm down man, u’re just crazy.

Hier soir avant d’aller travailler je reçoit un texto de mes collègues qui me demande si je suis chaud pour une autre teuf à 35 km d’ici. Je répond que je verrai ça aprés le taf, pour le moment pas motivé. Puis arrivé au taf j’étais pas bien. Dans un sens bien particulier que je vais tenter d’expliquer. J’étais remonté, débordant d’une energie qui n’est pas mienne, plutôt étrangère à moi-même. Je fais des tas de conneries je hurle je pense bizarre et j’agis bizarre. Un peu comme si Mr Hyde prennais le controle. Bref du coup pour me « calmer j’ai commencer à boire un peu pendant la soirée. J’ai offert 2 tournées de bière puis mon pot a fait pareil et le patron à fait de même. A la fin du taf j’étais donc déja bien allumé. Ca allait mieu. J’ai gentillement refusé la soirée à 35km pour pas agraver mon cas sachant que le coffre contenait 68 cannettes de biere pour 3 et que une soirée de « boum boum » dans mon état ne serait pas indiquée. Mais je suis gentillement convié par un autre pote a venir prendre un verre vite fait au booling en bas de chez moi. J’y va. Et ce fut le début de la fin. J’ai encore but de la bière, au moins 3 ou 4 tournées aprés j’ai arreter de compter. A chaque bière je me disai que c’était mauvais pour ma ligne. Je sais pas pourquoi j’ai laisser aller, peut etre pour retrouver le gout de mes cuites d’antant. Et puis le fait que je me sentais pas bien mentalement. Vers 3h et demi on quitte les lieux. Un des serveur doit rentrer chez lui un peu plus loin il appelle un taxi au moment même où je lui propiose de le ramener pour économiser de l’argent(je précise que je ne suis pas fier vu mon alcoolémie du moment). Je le ramène sans histoire et en bas de chez lui me propose le pétard de remerciement. J’accepte. Je monte et au bout de 2 lattes je savais déjà que je ne tirerai pas une troisième. Le gout était dégeulasse et aucune envie de fumer. Le mec s’est mis à me raconter sa vie. Je sais presque tout de sa famille et de son histoire, je sais combien il touche combien il paye son appart ce qu’il va faire ses 4 prochains mois, comment il gère l’achat et sa revente de shit. J’ai l’impression que tout le monde à envie de me parler, de me déballer sa vie, ce qu’il a sur le coeur. Je suis pas contre. J’apprécie la confiance qu’on me fait. Je suis repartit de chez lui je connaissais toujours pas son prénom. Je suis rentré chez moi avec un mal au crane térible du au joint et un visage assez blanc pour que ma soeur me disent directement en rentrant que j’avais fait l’australopithèque.
Me suis couché vaseu et tounoyant. Je regrette rarement mes cuites, en général elles ont une « bonne excuse ». Mais pas celle là. Je dirai pas de paroles inutiles du genre « plus jamais ». Mais je vais essayer d’éviter à l’avenir. Encore.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Message *
Nom *
Email *
Site web