Ni papier de soie, ni encre dorée.

 Au hasard d’une nuit sur la liste des connectés trop tard, je lui ai fait coucou. Celle qui était ta meilleure amie ne m’a répondu que le lendemain, aux heures non indues.
Je n’ai pas eu à lui parler de toi, non, elle a presque aussitôt évoqué celle que tu avais été, pour me narrer celle que tu étais devenue.
Le mariage, je ne pensais pas que c’était pour toi, pas si tôt en tout cas. Tu m’as donné tort. La suite m’a fait un peu mal.
Elle m’a expliqué comment il s’était fait viré de son taf, parce que c’est un connard prétentieux, comment tu l’avais fait embauché avec toi en jouant de la sympathie de ton amie. Comment il avait mis le bordel de nouveau en arrivant là. Comment il t’avait changée. Comment il t’avait demandé de ne plus te maquiller ou de porter des vêtements qui te plaisent, toi qui reprochait déjà cette attitude à ton ex. Comment tu as arrêté de prendre ton travail à cœur, alors que je te considérais comme une des personnes les plus pros et passionnées que j’ai rencontré. Comment vous vous êtes tous les deux mis en arrêt maladie dès que la tension est montée. Comment elle n’avait plus de nouvelle de toi depuis deux ans et personne d’autre d’ailleurs.
J’ai changé le sujet de conversation plusieurs fois mais on en revenait toujours à toi. On s’est moqué de Raoul la poule, et on est revenu à toi. On a parlé de ton ex qui est devenu papa avec une nouvelle nana. Mais au final on en revenait toujours à cette immense gâchis.
Je mentirai si j’omettais de dire qu’en une fraction de seconde, un plan complet était né dans ma tête pour débarquer chez vous et lui mettre une balle dans la tête. Lui mais pas toi bien sûr.
Sauf que non.
White Knight Syndrome.
Je réalise doucement les choses. Je dégluti et j’avale la pillule. Calmement. Et ça passe. Presque trop facilement. Faut savoir tourner la page. Evidemment, notre histoire n’était pas vouée à être écrite à l’encre dorée sur du papier de soie, mais j’aurais aimé garder ces quelques crobards au fond d’un carnet sans me sentir amère. J’imagine que ce carnet ira au fond du carton. Juste pour ne pas le jeter. J’aime pas gâcher.

 

You do it to yourself, you do
And that’s what really hurts
You do it to yourself, just you
You and no one else
You do it to yourself

Just by Radiohead

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Message *
Nom *
Email *
Site web