Fanny ne vivait pas au rythmes des jours
Mais a celui, chaotique, de ses amours
Elle n’était pas celles qui pleurent
Faisait du rien avec tout
Ne voulait pas savoir surtout
Si le coeur avait une valeur
Voyait l’amour comme un passe-temps
Conjuguait la vie avec des si
Collectionnait les amants
Multipliait les jalousies.
Elle amenait au pardon les pires offenses
A l’aide d’un sourire ou d’une révérence
Et si les larmes séchappaient de ses yeux
Tous se pliaient au moindre de ses voeux
Un beau jour vint en colère
Un autre prétendant évincé
Il lui exigeait l’exclusivité
Sinon il l’enverrait au cimetière.
C’est avec son rire moqueur,
Qu’elle amorça le percuteur.
Lorsque la bille de métal
Traversa la bile centrale,
Naquit une orchidée de sang
A fleur de son cardigan.
C’est avec un sourire
Qu’elle bascula a demi-ivre
Elle voulait mourir jeune et belle
Pour gagner sur les deux tableaux
Elle voulait mourir comme celles
Qui volent à la mort, son dernier mot.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Message *
Nom *
Email *
Site web