Pour autant que je m’en souvienne, c’était la première fois que je voyais un être humain en frapper un autre « pour de vrai ». Jusqu’ici ce n’était que des films, des livres ou encore des histoires qu’on m’avait raconté. Rien de concret pour être honnête. Du coup, ça m’a semblé d’une violence extrême. Ça devait l’être d’ailleurs puisqu’il ne s’est pas relevé tout de suite. Une bagarre de rue comme il doit en arriver des millions sur terre chaque soir. Mais cette scène m’appartenait. Le combat était inéquitable bien entendu, dans la vie réelle, la plupart des gens ne se battent pas s’ils ne sont pas sur de gagner. Les autres se content de subir les affronts du mieux qu’ils le peuvent. Le petit mec était bien trop alcoolisé pour se défendre. Il a bredouillé une insulte en bousculant le grand et celui-ci a répondu d’un coup de poing. Il n’y a presque pas eu de temps mort entre l’insulte et le coup. Comment en vient-on a avoir le « réflexe » de frapper ? Le coup était maladroit et précipité. Mais il a touché la tempe. L’autre s’est écroulé comme une masse sur des vélos attachés là. Il n’y a pas eu de bruit autre que celui du métal et des sonnettes. Le coup était si sourd que les conversations alentours l’on couvert. Personne n’a crié, personne n’a bougé. Moi non plus d’ailleurs. Tout le monde s’est délecté du spectacle. Moi j’ai regardé le vainqueur d’un soir. Il a tourné ses yeux vers moi en signe de défi. Je devais avoir l’air fou car il a regardé ailleurs comme s’il cherchait un suivant sur la nouvelle liste qu’il venait d’inaugurer. Ce soir là j’allais effectivement devenir fou, ou presque. Mais je ne le savais pas encore et il était bien trop tôt dans la nuit pour le deviner.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Message *
Nom *
Email *
Site web