Qu’on sonne Hans

Énervé par l’ennui
J’énumérais mes peines
L’aguicheuse aguerri
Depuis longtemps guettait
Et m’alpagua gentiment
Me susurrant simplement
Ses plus sincères secrets
Elle me voulait volage
Et vola mes valeurs
M’envoyant virevolter
M’arrachant d’harassantes
Embrassades embrasées
Son tempérament trempé
Trompant pour un temps
Les précieuses promesses
Professée promptement
Sans savoir la saveur
Si subtile que souvent
L’on soustrait des souvenirs
J’omis d’admettre
Qu’à jamais je l’aimai
L’amertume.

2 commentaires

  1. ta prose est pas mal……j’aurai préfèré une vrai poésie….avec des rimes…des alex…en drains !!!mais c’est bon….je me suis tapé « tout » ton blog…y’a du bon…du tres bon même….quelques déchets…mais peu finalement…je te trouve du talent….y’a du baudelaine en toi ( coluche) et tu as des couilles= opération des yeux….saut à l’élastique !!…respect…..good luck « my » boy…see you soon ? …it’s time now !!! you miss me…and i miss you

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Message *
Nom *
Email *
Site web