Oscar Wilde – Le portrait de Dorian Gray.

Et j’ai oublié de poster
F. Scott Fitzgerald – This Side of Paradise
Fini précédemment, le second livre en Anglais que j’ai réussi à lire.
Mais ça m’a pris six mois.

2 commentaires

  1. J’ai adoré « Le portrait de Dorian Gray »!
    J’étais assez étonnée de l’avoir autant apprécié d’ailleurs,l’histoire était tellement connue que je ne pensais avoir aucune surprise au niveau de l’histoire qui était justement très riche dans ses détails,et la quantité de sagesse et de réflexions existentielles véridiques que je découvrais au fil de la lecture m’a surprise, je suis toujours épatée de la justesse des pensées des livres plus anciens qui semblent toujours aussi adéquates aux tourments actuels…
    J’ai vu l’adaptation cinématographique récente que je n’ai pas du tout aimé, où la ligne directrice de l’histoire était l’homosexualité de Dorian dont je n’ai aucun souvenir dans son original littéraire,je ne savais pas si c’était pour pimenter l’expérience amoureuse de Dorian au détriment de l’œuvre, ou si cet aspect était évident dans le livre,je n’en ai en tout cas aucun souvenir mais je lis toujours de manière innocente et ne suspecte pas souvent certaines allusions ou connotations.
    Alors,qu’est-ce que t’en penses toi qui l’as lu récemment?
    Pour les 6 mois de lecture anglaise,ça m’a bien fait marrer et rappelé mes jeunes tentatives avec Harry Potter où je devais plonger dans le dictionnaire pour avoir une feuille de vocabulaire remplie de mots occultes comme « chaudron », « baguette magique », « balai volant » …
    J’ai lâché l’affaire après la moitié, exténuée

  2. J’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans Dorian Gray, les trucs historiques m’attirent peu d’une manière générale je préfère ce qui est encré dans la(ma) réalité. Et au début cette histoire de dandy au petit doigt relevé m’a gonflé. J’ai persisté parce que c’était bien écrit. Après le premier tiers ça allait mieux. Je connaissais déjà l’histoire moi aussi. J’ai au final bien aimé, surtout Lord Henry qui lance des vérités douloureuses à chaque phrase. Wilde écrit vraiment bien. Pour autant je ne le relirai pas. Ce n’est pas mon univers mais je suis contant de l’avoir lu.
    Je n’ai pas osé voir le film, bien que j’ai eu l’affiche sous les yeux tous les jours pendant une semaine. Quelque chose à du me rebuter comme « par le créateur de… » ou « produit par le mec qui à fait le trucs ou y’avait machin » et tu me donnes raison.
    Concernant l’homosexualité dans le livre elle est sous-jacente de part le milieu mondain et dégénéré de l’époque, où tout le monde couchait avec tout le monde. De part des allusions constante, Basil le peintre, est « amoureux » de Dorian. Il y a peu de personnages féminins au final. Mais ce n’est pas du tout le propos de l’histoire, ça fait partie du décor sans être appuyé. Quant aux livres en anglais j’ai ma méthode pour passer outre le vocabulaire. J’ai une lecture globale. Je cherche à capter le sens général du texte ça aide à trouver des définitions personnelles. Et quand quelque chose revient souvent je me jette sur un dico.
    (Bordel mais ça veut dire quoi « fancy » ?!?! )

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Message *
Nom *
Email *
Site web