So long

Les beautés froides s’étalent partout en quatre par trois
Et leurs feintes indifférences me rappellent à toi
Dis, combien de fois t’ai-je écorchée à distance ?

Pourtant tu sais, nos mémoires s’encrent sur la peau
Avec le temps, nos espoirs s’ancrent sous la peau
Dis moi, quel est le prix d’une énième seconde chance ?

Sur un support de pixels j’étale cet encrage
Résigné, mais j’enrage de ce triste naufrage
Crois-tu qu’un phénix puissent renaître à l’infini ?

Forteresse mouvante, brisée dans ta poursuite
Toi sibylle fuyante, indécise quant aux suites.
Ne vois-tu pas notre mirage qui se terni ?

Trop longtemps j’ai fait le voyage à sens unique
Forgeant des songes de jade en desseins d’alambic
As-tu jamais eu foi en nos folles hérésies?

Je nous garde sous clef, dans un coffre d’acier
Contenu: sentiments et stigmates asphyxiés
N’aspires-tu pas comme moi à une douce amnésie ?

Ne crois pas que je veuille en finir pour toujours
J’ai choisi de placer sous un verre nos amours
Quelle autre solution pour vivre le présent ?

Bien trop de souvenir t’empêchent de t’évanouir
Mais j’accepte enfin de te laisser t’épanouir
Pourrait-on se quitter sans s’oublier vraiment ?

Aucun geste de toi n’est venu me stopper
Tu observes de loin mon amère échappée
Ainsi donc se referme cette longue paranthèse
Qui n’implique pas pourtant que toujours on se taise

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Message *
Nom *
Email *
Site web