I’m not dead, yet

   C’est vrai que c’est un peu mort par ici. Quatre mois sans post. Y’a encore quelques personnes qui passent, mais rien de frais à l’horizon alors les visites s’espacent. Je vous en veux pas remarquez, je suis rarement celui qui prend des nouvelles, je fais un peu pareil, je regarde de loin si tout va bien mais je m’arrête rarement de peur de déranger, ou pire, de dire des banalités.

Faut dire qu’il m’est arrivé un truc effroyable. On appelle ça le boulot je crois. Un truc qui vous laisse un peu sur le carreau à la fin de la journée. Mais y’a moyen d’y survivre et de faire des choses à côté aussi. Et j’en fais, je vous rassure. Mais ça vaut pas toujours le coup de le raconter. Alors qu’en est-il depuis le temps ?

Si je regarde mes posts de l’année dernière, je ne parle que de ma formation ou presque avec quelques coupures culturelles. Ben c’est pas fini. Pour le boulot ça se passe bien, j’ai pris mon rythme, je gère mes élèves, mes réussites et mes déceptions, j’ai compris que je ne pouvais pas passer l’examen à la place de mes élèves et que donc je devais accepter qu’ils se foirent dans les grandes largeurs même après m’avoir montré le meilleur. Ma boite va bientôt changer de patron et je m’inquiète un peu de voir comment vont tourner les choses avec quelqu’un de différent aux commandes. Mais jusqu’ici tout va bien. Je suis en train de mettre en route ma mention « deux roues » ce qui me permettra de de devenir moniteur moto, moyennant la réussite à l’examen. Du coup nouvelle formation sur 6 semaines en septembre pour la modique somme de 3120€. Vu le prix vaut mieux pas que je me foire cette année. On verra bien.

Sinon je ne joue pratiquement plus qu’à deux jeux, Hearthstone et League Of Legends. Je suis d’un niveau réellement affligeant à Hearthstone mais c’est pas grave, je m’amuse quand même. Les variantes de gameplay et les différents combos sont juste hallucinants et je me prends à admirer la manière dont je me fait mettre par certains joueurs. Pour LoL, c’est une élève qui m’a fait m’y remettre en m’expliquant qu’elle y jouait. J’avais déjà testé il y’a longtemps et après m’être fait massacré au premier match contre l’IA en mode débutant j’avais lâché l’affaire, trouvant le jeu mou et sans grand intérêt.
En m’y remettant j’ai cette fois pris le temps d’écouter les conseils du tuto et après avoir étudié un peu plus le bousin, j’y ai trouvé une immense profondeur. Le documentaire « Free To Play » conseillé par Eliness et qui parle de Dota (mais c’est le même jeu hein…) le défini comme un croisement entre le football et les échecs ce que je trouve assez juste.

Vous prenez un champ de bataille, l’objectif est de défoncer le donjon adverse, celui-ci étant protégé par plusieurs tourelles qu’il faut détruire auparavant. Basique. Vous vous battez à cinq contre cinq avec plus de cent personnages différents possibles pouvant avoir différents rôles(tank, assassin, mage, support, etc). On obtient une bataille où les placements sont vitaux, le contrôle de la map primordial, les contre-attaques fulgurantes, la prise de certaines tourelles épiques, des match-up compliqués, des assauts laminés par un jeu d’équipe et des moments de grâce quand un joueur tente le tout pour le tout pour gagner le match.Bon je suis pas doué à ce jeu non plus(story of my life). Mais c’est vraiment intéressant, à jouer et à regarder.
(à propos j’ai trois clés Heroes Of The Storm, le DOTA/LOL de Blizzard, si ça intéresse quelqu’un…)

Sinon niveau cinéma c’est la déchéance, vu que je bosse, l’interêt d’une carte illimité est devenu une dépense inutile et pour la rentabiliser, je devrais me forcer à aller au cinéma tous les week-end. Donc je stream, et je regarde des séries plutôt. Je pense bientôt relancer mes dimanches à quatre films pour contrebalancer tout ça. Le dernier bon film que j’ai vu est Birdman, sans surprise.

En parlant de regarder quatre films, je sors un peu aussi. Pour voir des gens vraiment biens et des films en même temps. On est donc allé au BIFFF pour La Nuit. L’occasion de voir des films dans des conditions qui feraient pleurer le cinéphile snob qui sommeil en vous. Devant des films d’horreur/fantastique de qualité très variable le public est là pour savourer le film comme on le lui interdit d’habitude. On peut donc hurler à l’héroïne « derrière toi ! » quand une ombre passe, incendier les spectateurs qui se lèvent devant vous, jeter ballons, capotes et rouleaux de PQ à travers la salle, demander aux acteurs de fermer les portes derrière eux et les remercier quand ils le font, hurler à la lune chaque fois qu’elle apparaît à l’écran. Finalement le film est presque secondaire dans cette nuit qui en diffuse quatre plus un court métrage. L’important est de se lâcher, rire, se moquer et dormir si l’envie vous en prends vers 3h du mat devant un film d’horreur argentin au scénario nébuleux et aux effets spéciaux questionnables. En plus si vous tenez la nuit, on vous offre croissants et café. Le BIFFF, ou pour le moins la nuit du BIFFF, risque fort de devenir une tradition incontournable désormais.

En ce qui concerne l’écriture c’est un peu le passage à vide mais j’y travaille. La preuve je vous écris là maintenant tout de suite.

À la prochaine !

4 commentaires

  1. Je suis avachie en peignoir dans le canapé, un café à la main et la tête dans le bocal. Mais j’ai un sourire jusqu’aux oreilles grâce à ton post. Et ça, c’est cool.

  2. Personnellement, je dis souvent des banalités (il y en a une qui arrive), mais ça ne m’empêche pas de les dire ^^
    Ça a l’air sympa La Nuit au BIFFF !
    Tu vois, je t’avais prévenu

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Message *
Nom *
Email *
Site web