Me, Myself and I

MOI

Oui je souligne et je met en gras, tout le monde est un peu mégalo non ? Donc pour commencer je vais faire une description physique, je sui un homme( de 20 ans mais un être de sexe masculin pour être précis) je mesure 1m70 à peu prés, les scientifiques n osent pas encore se prononcer sur le sujet. 1m70 en 2004,( c est l année où j écrit) c est peu à en juger de mon point de vue(y verra un complexe d infériorité qui voudra). En effet, tout le monde dans mon entourage (excepté les personnes du sexe féminin et encore pas toutes) sont plus grand ou de même taille que moi. Quand je dit de même taille c est obligatoirement 2 ou 3 cm de plus(Au fait ceci n est pas un plaidoyer pour qu il y ai plus de considération envers les non-grands, ceci est mon point de vue de la ou je me trouve). Cela semble peu important mais ça devient vite énervant de relever la tête tout le temps pour parler a quelqu un, surtout quand celui-ci mesure à peu prés 1m85, enfin bref. Poursuite de ma description physique : je suis blond avec des cheveux à longueur variables soit très court mais pas trop histoire que l on ne voit pas mon crane soit assez long pour faire une coupe à la Mac Giver dans ses grandes années télévisuelles. Voilà pour les cheveux descendons vers mes yeux de tombeur(ceci est bien de l ironie il va falloir commencer a vous y habituer ) ils sont bleus gris et mis a part leur couleur il n y a rien de particulier la dedans. Mon nez un poil épaté mai pas énormément, dut à de lointaines origines blacks qui à mon sens auraient du descendre plus bas dans l arbre de ma généalogie. Il reste ma bouche de ce coté là: RAS.
Physiquement on sens que je pourrai me muscler j ai des épaule convenable et pas de gras du bide mais on ne peut pas dire que j ai les tablettes apparentes. Remarque à l importance discutable, je ne fait aucun sport.
Bon mon physique en une demi page, je suis pas mal content de moi, on verra si il y a à redire plus tard.
Passons à mon « BRAIN » comme dit JCVD ( si vous ne voyez pas qui c�est ne cherchez pas c est désespéré).
Pour commencer si j écrit sa c est que quelque chose ne va pas forcement bien nan ? Alors voilà pour commencer je suis un être influençable par ce qui l entoure dan certaine limite qui sont que je ne sui pas débile non plu.
Je m explique.
Avant ma douche je regardai « la couleur de l argent » film très célèbre sur le billard avec Paul Newman et Tom Cruise. Bon très bon film mai j ai eu après sa vision une forte envie d aller a la salle de billard de tours le paradis vert pour m entraîner a jouer. Pas pour jouer, pour m entraîner je voulais aller la/bas demander une queue des bille et faire un entraînement au rentrage de billes; parce que je sui influençable en ce sens en revanche si je voie une pub Mc Do je ne me jetterai pas sur le premier hamburger a ma porté. Mai les films et la musique que je vois et que j écoute me porte, m investissent cependant et sa c se qui me permet de rester en libre circulation dans nos rues si bien protégé c est le fait que toutes ces envolé sentimentale que je ressent avec ces films et musique reste en moi je ne sui pas autiste mai je pense être l un des meilleurs pour ce qui est de cacher se que je pense ou ressent. Ce n est pas une fierté c est un état de fait je ne le contrôle pas et lorsque je veux tenter d exposer ce que je pense ou ressent je ne trouve pas mes mots comme je les écris et soi je me perd en abandonnant très vite par une pirouette soi je me cache derrière une colère feinte ou une arrogance virtuelle. Cette méthode est très utile. Au cours de mes nombreuse année d expérience a travers le monde qui est le mien g appris a jouer un certain nombre de rôle passe partout pour m acclimater sans pour autan être trop influencer. En gamin j était un branleur intenable énervant a la découverte des limites nerveuse de ces proches. Par la suite je sui devenue l amuseur de la galerie au blague potache sans subtilités mai relativement efficace sur un auditoire approprié. Au collège je sui devenue le pseudo-timide(le gars qui parle pas trop mai qui en pense pas moins) Puis le casseur. Grande période que celle ci ou je m évertuai a trouver(irruption de ma mère dan ma chambre qui s inquiète de son look avant un premier rdv depuis 20 ans d après elle. A développer dan le chapitre famille) la faille dan le discourt le physique ou la morale d une personne afin de la démonter en 2 ou 3 remarque au maximum l idéale étant bien entendu de casser la personne ne question en une seule et unique phrase synonyme de balle dan la tête pour l intéressé qui ne rouvre pas la bouche et en général fui. Cette activité aiguisant mon sens de la remarque qui fait mouche ainsi que de l art de se faire des ennemie a tout va a duré jusqu a que je me rende compte que le nombre de personne qui me supportai était en train de baisser mai au mon j avais mon rôle. Je fais un aparté pour préciser que ces changement de personnalité(ou est-ce une maturation évolutive de moi-même) on coïncidé avec des déménagement de raison variable ce qui me permettais de me former un nouveau personnage a chaque foi . fin de l aparté. Enfin arrivé au lycée je sui devenu l ascocial. Rôle très pratique et facile dans l interprétation puisqu il consiste a limiter au maximum les expressions, les discutions ainsi que les avis sur les différents sujet. De plus ce rôle était la mode dan le sens que sa intriguai et rentrai par défaut dan la classe des anarchiste révolutionnaire réaliste. Ceci n est pas une critique c est ma manière de définir ce groupe de personne. Il est a noté que dan chaque rôle et groupe dan lequel gt j avais de réels ami en nombre limité a 1 à 3 personne qui sauvai j en sui convaincu que je jouai un rôle et qui contre toute attente s en foutait et me prenais comme tel.
A l heure kil est je n ai plus de rôle a jouer autre qu un semblant d asocial qui je pense a toujours étais la mais j en viens a me demander si je possède une réelle personnalité ou si je ne suis qu un assemblage de tout les rôles que g interprété sachant que g fait l impasse sur certain rôles qui non pas duré pour ne pas charger le récit. Aujourd hui je pourrai me définir a travers ce que j aime : la culture jap, les soirée entre potes, le PC , les jeux vidéos, le billard, le cinéma et la musique. Ce qui signifie rien d original jusqu ici je correspond a pas mal de personne sur la planète. Mes années antisocial me conduisant a peu parler j en sui venu a réfléchir énormément car quant on dit pas de connerie pour occuper le volume sonore d une pièce on pense a tout un tas de chose puis on peut pu s arrêter de penser sauf quant on écrit, boit, dort, fume, écoute de la musique, voit un film, discute avec un ami. Ce sont mes seul moment de repos mental : pas de réflexion sur le sens de la vie, l augmentation de la pollution, le gouvernement, les cours, les différent mensonges de la vie, les espérance gâché, les désirs inassouvie, les scénario post écrit après une situation que l on aurai voulu gérer selon ce même scénario, le temps insaisissable, les différent problème amicaux, etc … On en fini jamais si l on commence a réfléchir j en suis quand même arrivé a une conclusion ce n est pas par une réflexion isolé que l on progresse réellement on ne se définit par son point de vue solitaire mais par ceux qui nous entours. Un ermite saura qui existe le jour ou quelqu un le verra lui adressera la parole ou le frappera en dehors de sa rien ne lui prouve kil existe. On se définit par ceux qui nous entour

24/02/2004

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Message *
Nom *
Email *
Site web