Plus je lis, plus je me cultive et m’interesse aux religions, aux courants de pensée et de philosophie, plus j’avance dans la vie et plus je comprends la seule vérité universelle que je puisse admettre, cette vérité étant qu’il n’en existe aucune. Chacun a la sienne, qu’il adapte en fonction du bordel que lui présente la vie. Il n’y a pas de règle, pas de norme qui ne souffre de nombreuses exceptions, pas de solution qui marche à tout les coups, pour tout le monde. Pas de ligne à suivre qui vous garantisse un résultat. Pas de moyen d’être sûr d’atteindre un but. On peut s’enfermer dans une liste de règles pour se guider, il surgira toujours un cas qui ne rentre pas dans les cases et pour lequel la logique fera défaut. On peut consacrer ses études dans un domaine qui sera bouché à la fin de votre cursus, investir tout son argent dans une société en bonne santé qui fera faillite, croire en quelqu’un et se retrouver seul à la fin, espérer le meilleur et vivre le pire. On peut se fermer au gens et être touché tout de même.
Je vais bientôt avoir vingt-huit ans et je me sens vieux, je devrais pas pourtant. La trentaine approche, cet age où les gens sont mariés et ont déjà un gamin en route ou en projet. J’ai cette impression, peut-être fausse, d’avoir perdu énormément de temps et de n’avoir abouti nul part jusqu’ici. Parce que je ne savais pas quoi faire. Je ne sais toujours pas trop d’ailleurs, mais je tente ma chance. Je vois un parcours en forme de zigzag avec des détours et des demi-tours, des impasses mais pas d’autoroutes. j’ai toujours eu dans l’idée qu’il fallait prendre son temps dans la vie. Choisir son mode de vie. Aspirer à quelque chose de différent parce que ce serait un choix propre à mon goût, un goût que je n’ai toujours pas définit de fait. En réalité, il faudrait savoir ce qu’on l’on va faire de sa vie dès l’age de dix ans et foncer tête baissée vers ce que l’on veut. Une fois cette « situation »(qui se définirait par un agencement acceptable d’un métier, de personnes et de passions) on pourraiy commencer à profiter de la vie. Mais ce serait moins drôle il parait. On apprend de ses erreurs et tout ça, mouais…
Il est un peu tôt pour faire un bilan de ma vie, mais parfois j’aimerai jeter un petit coup d’oeil rapide dix ans en avant, juste comme ça, le temps d’appercevoir si ça me plait, ça me permettrai de savoir ce que je veux qui sait ?

9 commentaires

  1. Au contraire, je trouve qu’il n’y aurait rien de plus triste. Que chaque choix soit guidé par la connaissance de ce qu’il donnera plus tard. « Et si je fais ça, ça aura quelle influence dans 10/20 ans ? »
    Je persiste à croire qu’il faut avoir le goût d’oser avancer sans savoir où on met ses pas, de trébucher, se vautrer, mais au final on avance toujours, même quand c’est malgré soi.
    Et parfois même on fait un acte de foi en se jetant dans le vide, et on se rend compte que ça ne fait pas si mal que ça.

  2. Tu n’as décidément rien appris. Dans Twilight 2, la soeur d’Edward qui a la capacité de voir l’avenir entrevoit Bella se jeter d’une falaise,et donc il va se suicider en se mettant à poil au milieu d’une place italienne.
    Grave erreur, puisque la vision future de la soeur n’incluait pas le fait qu’elle en réchappait en ayant bu la tasse et tout ce bordel amoureux fout la merde dans la dynastie vampire.
    Alors n’achète pas cette machine à cristaux comme le frère de Napoléon Dynamite ou une Delorean,ça ne marche pas et c’est tant mieux comme ça.
    Et puis ce serait pas très drôle quand même,je ne sais pas encore si je serai chauve,obèse et à la rue prochainement ou incroyablement riche en faisant des bras d’honneur à tout le monde en arpentant les rues dans une Batmobile, et le doute me fait survivre.
    Une projection dans le passé,par contre ça c’est une autre histoire que je cautionne.

  3. Dawn Girl: Merde je ne suis donc pas le seul !
    Eli: Je comprends parfaitement le côté « sans saveur » qu’aurait une vie harmonisée au détail près à chaque choix(j’aurais dû prendre le sunday plutôt que le muffin…) Je parle simplement d’une direction plus générale. Les grandes lignes en somme. Le temps qui passe est irrattrapable et ça me bouffe. Je persiste à croire que le temps peut-être « perdu » quoi qu’on en dise sur l’expérience et l’apprentissage. Un exemple qui ne me concerne pas: combien de personne souhaiterai avoir vu plus souvent leurs aïeules une fois qu’ils sont mort ? ce genre de temps est perdu. J’ai l’impression qu’on passe son temps à chercher l’entrée du labyrinthe au lieu de profiter de celui-ci.
    Aleks: Toussa c’est la faute aux Volturis t’façon… s’ils avaient mis 2.21 GWatt dans les cristaux ça ne serait plus un problème.
    Je m’interroge sur la projection dans le passé, pour changer les choses ? savoir comment tel ou tel évènement historique s’est déroulé ? ou juste profiter des rues de Londres aux XIVe siècle alors que la peste noire ravage le pays…

  4. La projection dans le passé pour découvrir un temps révolu : mille fois oui.
    La projection dans le passé pour pouvoir modifier des choses : je n’imagine pas une plus grande horreur. (Le passé a ceci de « beau » qu’il n’existe plus. Il n’y aurait plus aucune valeur aux choses si on pouvait le modifier à loisir.)
    (Pas de remords, pas de regrets.)
    PS : Je ne sais pas pourquoi tout ceci ne m’a pas fait penser à l’Effet Papillon plus tôt, même si j’y ai détesté Ashton Kutcher.

  5. La projection dans le passé pour découvrir l’avènement du punk, du batcave et puis du grunge,aller arracher un bout de pull de Kurt Cobain sur une scène, marcher dans la rue merveilleusement fringué sans qu’un connard t’insulte tous les 3 mètres,oui oui.
    Empêcher ma naissance parce que j’aurai éternué sur mon futur papa ce qui détournera l’attention de ma future maman et ne pas pouvoir poster ce commentaire en 2012,non non.
    Le plutonium,c’est dur à trouver de toute façon.

  6. Ça me rappelle ce souhait de vivre une décade plus tôt que toi. Dans les 60’s. En Angleterre ou aux US. L’absence du sida, Bowie, les Stones, les vinyles, Woodstock et le début des 70’s. Peut être un détour en France juste pour balancer un pavé. Mais si on a le choix on peut essayer toutes les époques. Si ça se trouve au Ve Siècle la Floride était le paradis.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Message *
Nom *
Email *
Site web